LIVREUR À MACHIN

(#6 journal)

J’y crois pas, le livreur à machin

Il tourne autour de moi

Je pourrais ne pas être malin

En disant au grand capital,

C’est machin et c’est lui et c’est pas moi

 

Mais ? tu vois, j’attends

Et même quand on me fout dans l’anal,

 Je suis patient

 

Alors, s’il te plaît livreur

Apporte-moi ma chemise rose, j’en ai besoin

Et comme ton petit capital qui fait-sueur-petites-sommes- tristes-tes-heures, 

Suis poète de rien

 

Je vais pas te dénoncer

J’vais pas liker

Je sais ce que c’est que trimer

Mais la prochaine fois

Pense à moi

 

Et ne me fait pas glander

Parce-que j’avais ailleurs, juste besoin

Au grand capital, aujourd’hui, d’aller toujours acheter

Simplement un peu de bouffe et pour mon chat les besoins

 

Bref, après ton trajet délirant

Que j’ai pu suivre à chaque instant

Tu me pardonneras

Par respect, t’ai attendu

Puisqu’ainsi toi,

J’ai eu des travaux de trou du..

 

Des métiers difficiles..

 

Je t’accolade et..

Viens prendre le café chez moi on en fera une rigolade..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s