FEMME DE MON ÉTERNITÉ

Tu me pardonneras tout ces mots crus

Mais qui lut cru

Bien évidemment

Si un jour je mens

Pourras-tu..

Ma bouche abouchée

À ton éternité

Et nos corps qui se livrent

Comme pages d’un livre

Ce livre d’éternité

Qui n’écrit que d’aimer

Et puis tu couleras

En moi

Je serai aux émois

Madame osez moi

Puisque mes limites

Ne sont même plus ce que j’imite

Je suis nu devant vous

Ou suis peut-être toi

Puisque je vous l’avoue

Je n’ai jamais aimé que foi

En toi..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s